Actionnaires minoritaires et sociétés cotées : le dialogue de sourds ?